Evenement

L’Art de ne pas dire

Auteurs : Ferdinand Barbet et Clément Viktorovitch 

Mise en scène et scénographie :

Ferdinand Barbet

AVEC : Clément Viktorovitch
Création lumière : Gautier Devoucoux
Musiques : Hugo Sempé
Création costume : Augustin Rolland

L’ART DE NE PAS DIRE

Du 28 janvier 2024 au 02 avril 2024

Durée : 1h15

Les dimanches et lundis à 19h

Les mardis à 21h

Dans la continuité de son livre « Le Pouvoir Rhétorique » (vendu à plus de 100 000 exemplaires), Clément Viktorovitch, docteur en science politique, soucieux de vulgarisation sur France Info, Clique ou Quotidien, apparaît pour la première fois au théâtre avec une fiction grinçante. Il y incarne le conseiller en communication du Président de la République, qui, après avoir été brutalement évincé, cherche à se venger. Son arme ? Une conférence, dans laquelle il décide de dévoiler tous les secrets utilisés pour conquérir le pouvoir…

À travers ce premier seul en scène, Clément Viktorovitch fait plus que transmettre des outils de décryptage : il interroge la place même du discours dans notre vie politique. Quand les mots se voient vidés de leur contenu, quand la communication se résume à un art de ne pas dire, comment se forger encore une opinion ? Reste-t-il seulement possible de débattre ?  Et si, ce que nous avons perdu en chemin, c’était tout simplement… le sens même de la démocratie ?

Production Gilles MATTANA, Clément VIKTOROVITCH

Avec le soutien de l’Auditorium de Seynod, scène régionale Auvergne-Rhône-Alpes et Les Allos – Théâtre de Cluses (74)

C’est pas facile d’être heureux quand on va mal

Auteur : Rudy Milstein

Mise en scène :

Rudy Milstein & Nicolas Lumbreras 

AVEC : Rudy Milstein
Nicolas Lumbreras
Erwan Téréné
Zoé Bruneau
Baya Rehaz

 

Photos : Alejandro Guerrero

C’EST PAS FACILE D’ÊTRE HEUREUX QUAND ON VA MAL

Du 17 janvier 2024 au 12 mai 2024

Durée : 1h30

Du mercredi au samedi à 21h

Les dimanches à 15h

Nora et Jonathan sont en couple depuis bien trop longtemps. Et c’est nul. Maxime quant à lui fait des partouzes dans l’espoir de rencontrer l’homme de sa vie. Et c’est nul aussi. Timothée lui, pense qu’il est heureux, alors que sa vie est nulle. Jeanne aussi a une vie bien nulle, mais au moins elle le sait. Bref, c’est l’histoire de cinq Parisiens.

Plongez dans l’univers hilarant et touchant de cinq Parisiens en quête du bonheur … une mission qui semble tout sauf simple, parce que c’est pas facile d’être heureux quand on va mal.

Production Théâtre Lepic

CE QUI NE NOUS TUE PAS

CE QUI NE NOUS TUE PAS, De James Hindman adaptation Mélanie Page
Avec Mélanie Page
Mise en scène Nicolas BRIANÇON
Décor : Bastien FORESTIER
Costumes : Michel DUSSARRAT
Lumières : Jean-Pascal PRACHT
Son et vidéo : Emeric RENARD
Filage et photos du lundi 12 février 2024 au Théâtre Lepic / Photographe : @Émilie Brouchon

CE QUI NE NOUS TUE PAS

Du 15 février au 12 mai

Les jeudis, vendredis, samedis à 19h

Les dimanches à 17h

Durée : 1h20

Une crise cardiaque.
Une obsession pour Mylène Farmer.

De l’amour, des raisins et des voyages.

C’est une comédie sur la vie, la mort et ce qu’il y a entre les deux.

 

En partenariat avec TEVA, France Inter, La Chaîne de l’Espoir, DrGood ! et Terrafemina

CYRANO

EDMOND ROSTAND

Mise en scène :

Bastien Ossart

Avec :

Iana-Serena De Freitas Louisa Decq
Mathilde Guêtré-Rguieg

CYRANO

ACTUELLEMENT

TOUS LES SAMEDIS À 16H30

SUCCÈS ! 5 DATES SUPPLÉMENTAIRES !

Jusqu’au 04 mai 2024

Relâches le 23 et le 30 mars.

Est-il besoin de dresser le portrait de celui que tout le monde connaît même sans l’avoir lu ? Cyrano.

Qui est-il dans notre imaginaire ?

Un héros solitaire, truculent et poétique en diable, frétillant quadragénaire, plus ou moins ventru selon celui qui l’incarne. C’est un certain film avec Depardieu. Certains se souviennent peut-être de Huster, Weber ou Belmondo. Ce sont de multiples adaptations avec des épées et des grosses voix.

Le Théâtre Les Pieds Nus a voulu revisiter l’histoire à sa manière ; parce que nous pensons que changer de point de vue c’est parfois révéler. À ce que nous connaissons par cœur, il faut de l’inédit. Cyrano, ce héros de 21 ans, dansait plus qu’il ne bougeait et chantait plus qu’il ne parlait. Il avait un grand nez, mais il était beau. Comme en son temps, nous avons éclairé la scène uniquement aux bougies. Des masques atypiques, des costumes colorés et un plateau vide, parsemé de lampions complètent notre peinture. À ceux qui gravissent les montagnes, deux choix s’offrent à eux : raconter leur périple, ou raconter la beauté de la montagne. Nous sommes de ceux qui voulons raconter la beauté de la montagne.

Tout a été dit, montré, monté. Vraiment ? … Et si c’était joué par trois Femmes …? Cyrano aurait adoré.

CE QU’IL FAUDRA LAISSER AUX ANGES

Ce qu’il faudra laisser aux anges

SUCCÈS PROLONGATIONS !

A PARTIR DU 21 JANVIER JUSQU’AU 12 MAI 2024

TOUS LES DIMANCHES A 21H

À PARTIR DU 07 AVRIL TOUS LES DIMANCHES À 19H

Durée : 1h40

« Rien n’échappe aux regards des anges. Rien. Gardiens éternels de la vie humaine nous récoltons les fragments de vos vies. Nous veillons … »

À la lisière entre la mort et la vie errent les anges. Êtres éthérés, sans émotion ni souffrance, ils sont les gardiens éternels de la vie des hommes. Inlassablement, ils observent chaque souffle, chaque frémissement, chaque joie, chaque peine. Notre intimité leur apparaît pleinement, parfois crue ou ridicule, et pourtant toujours sacrée. Devant leurs yeux les scènes de vie s’enchaînent … Fascinés par ce qui fait l’essence même de notre humanité, ils collectionnent des fragments épars d’existence. Comme pour enfin comprendre le mystère, enfin toucher du doigt ce qui fait que, depuis toujours, les dieux envient les hommes.

« Ce qu’il faudra laisser aux anges » est la première collaboration théâtrale de la Compagnie du Libre Acteur avec l’autrice Laura Léoni. Après une exploration du théâtre immersif, le metteur en scène Sébastien Bonnabel revient à un dispositif classique, toujours en quête de la représentation de l’intime. La troupe fête ses dix années d’existence avec cette 5ème création et inaugure le « théâtre étendu ».

 

« On rit, on pleure, on s’émerveille devant tant de vérité sublimée. C’est une pièce qui donne envie d’aimer les autres, de s’aimer soi-même et de ne pas avoir peur d’aller de l’avant… Un hymne à la vie qui fait du bien au coeur. A voir absolument. » Laruedubac

· Écriture

Laura Léoni

· Mise en scène

Sébastien Bonnabel

· Distribution (en alternance)

Pierre Cachia, Pauline Cassan, Éric Chantelauze, Marie Combeau, Marine Dusehu, Stéphane Giletta, Marie Hennerez, Pascale Mompez, Philippe de Monts, Louise Rebillaud, Kévin Rouxel

· Création lumière

Garance Sanders

· Scénographie

Mégane Atie

· Costumes

Julia Allègre

· Assistance mise en scène

Hélène Boutin

· Crédit Photo

Victoria Vinas

Scroll to top